Soigner une gastro-entérite

Sommaire

 

La gastro-entérite est une inflammation digestive due à une infection. Cette pathologie répandue entraîne des nausées, des vomissements, des maux de ventre et une diarrhée très pénibles.

Il est donc utile de savoir se prémunir et surtout soigner une gastro-entérite.

1. Préventions de la gastro-entérite

Il est possible de prévenir les gastro-entérites en respectant un certain nombre de règles d’hygiène.

  • Adoptez une hygiène des mains soigneuse. Il est notamment important de se laver les mains au moment de préparer les repas, de manger, après être allé aux toilettes ou après avoir changé les couches d’un bébé ou d’une personne âgée.
  • Faites particulièrement attention à respecter ces règles d’hygiène en hiver, période à laquelle les épidémies de gastro-entérites sont les plus fréquentes.

Remarque : en dehors de chez vous, utilisez un gel hydroalcoolique antibactérien.

Vous pouvez aussi consommer des produits contenant des bactéries vivantes type Lactobacillus, notamment des yaourts, petits suisses, fromages blancs et laits fermentés dont les bactéries lactiques (Lactobacillus acidophilus et Bifidobacterium bifidum) participent à la prévention des infections gastro-intestinales.

En effet, ces bactéries améliorent le péristaltisme intestinal, réduisent la colonisation par des pathogènes et stimulent les défenses immunitaires. Par ailleurs, ces ferments lactiques apportent un effet protecteur qui permet de réduire la fréquence des épisodes infectieux.

Consulter la fiche pratique

2. Conseils en cas de gastro-entérite

Une gastro-entérite disparaît généralement d’elle-même au bout de deux ou trois jours. Pour l’y aider, il est recommandé :

  • de se reposer au lit au moment des douleurs abdominales (le reste du temps, essayez un peu de vous aérer) ;
  • de boire autant que faire se peut (une quinzaine de verres par jour au moins) par petites gorgées, pour éviter la déshydratation engendrée par la diarrhée ;
  • de limiter votre alimentation pendant quelques heures pour laisser se rééquilibrer le système digestif ;
  • de ne recommencer à manger normalement que progressivement (de préférence des aliments riches en fibres alimentaires une fois que les nausées se seront calmées).

Par ailleurs, il vaut mieux éviter de consommer :

  • des produits laitiers ;
  • des œufs ;
  • des jus de fruits ou de façon générale les produits sucrés ;
  • de l’alcool.

3. Traitement médicamenteux de la gastro-entérite

En allopathie, on traite surtout les symptômes des gastro-entérites. En effet, les troubles digestifs ont tendance à se régulariser d’eux-mêmes en quelques jours et le traitement vise essentiellement à aider à traverser la phase la plus pénible de la maladie.

Les médicaments généralement prescrits sont :

  • l’alizapride chlorhydrate (Plitican®) ;
  • la dompéridone (Bipéridys®, Peridys®, Oroperidys®, Motilium® et tous les génériques) ;
  • le métoclopramide (Anausin®, Primpéran®, Prokinyl LP®).

Bon à savoir : l’AMM des médicaments à base de dompéridone et de métoclopramide a été retirée chez l’adulte et chez l’enfant dans le cadre du traitement de la gastro-entérite et ils doivent être évités chez le sujet âgé. De façon générale, la Haute Autorité de santé (HAS) recommande désormais de restreindre au maximum l’utilisation des médicaments antiémétiques pour l’ensemble de la population.

À noter : suite à une annonce de l'ANSM du 28 juin 2019, les médicaments à base de dompéridone (tels que le Motilium® et ses génériques) sont interdits aux moins de 12 ans et aux personnes de moins de 35 kg. En effet, selon une réévaluation européenne du rapport bénéfice/risque de la dompéridone achevée en 2014, ce traitement est inefficace contre les nausées et vomissements, et comporte un risque cardiaque (elle expose à des arythmies ventriculaires graves et une mort subite cardiaque).

Il est par ailleurs possible de se procurer sans ordonnance des médicaments tels que :

  • ceux à base de métopimazine (Vogalène®), durée de traitement maximale de 5 jours et avec la plus grande prudence chez les sujets âgés, ainsi qu’en cas d'insuffisance rénale ou hépatique), en sachant qu’elle n’a qu’une faible efficacité sur les nausées et les vomissements, et qu’elle présente les mêmes risques cardiaques que la dompéridone ;
  • le Nausicalm®.

Il est également possible de prendre en charge en allopathie, outre les symptômes, l’aspect infectieux de la gastro-entérite. Pour cela, on prescrit :

  • de la diosmectite (type Smecta®) ;
  • du lopéramide (type Imodium®) ;
  • du racécadotril.

À noter : les traitements à base de lopéramide sont préférables, en cas de diarrhées sévères, à la teinture d'opium (Dropizal®), un cocktail de constituants du pavot (Papaver somniferum) qui ne présente aucun avantage clinique (source : Prescrire, 1er décembre 2022).

Attention toutefois, par mesure de précaution, l'ANSM déconseille les anti-diarrhéiques à base d'argiles extraites du sol (diosmeticte) chez les femmes enceintes et allaitantes, ainsi que chez l'enfant de moins de 2 ans, même si le traitement est de courte durée (présence possible d'infimes quantités de plomb).

4. Phytothérapie pour soigner la gastro-entérite

En phytothérapie, plusieurs plantes sont particulièrement efficaces pour aider à traverser les épisodes de gastro-entérite. Elles permettent de soulager les symptômes en complément des règles d’hygiène et d’alimentation adaptées.

Il est ainsi possible de prendre des tisanes :

  • de boldo ;
  • de camomille ;
  • de cumin ;
  • de mélisse ;
  • de menthe ;
  • de millefeuille ;
  • de chêne (décoction d’écorces : 30 g pour un litre d’eau bouillie pendant 20 minutes à raison de trois tasses par jour) ;
  • d’un mélange très efficace composé de :
    • myrtilles séchées (environ 30 g) ;
    • sauge (quatre cuillerées à café) ;
    • feuilles de noyer (quatre cuillerées à café).

Mettez à bouillir les baies pendant une demi-douzaine de minutes, puis ajoutez hors du feu les feuilles que vous laisserez infuser environ 5 minutes. Buvez cette préparation mélangée à une cuillerée d’Élixir du suédois par tasse à raison d’un litre de préparation par jour.

Le charbon végétal pourra quant à lui être utilisé en cas de ballonnements et de flatulences.

5. Homéopathie

L’homéopathie est en mesure de proposer plusieurs traitements pour aider à soigner les gastro-entérites en se basant sur les différentes informations fournies par le patient.

  • Les rares gastro-entérites d’origine bactérienne caractérisée par des crampes d’estomac, des diarrhées brûlantes et particulièrement nauséabondes seront traitées avec Arsenicum album en 15 CH à raison d’une dose tous les 1/4 d’heure puis toutes les heures. Pour la diarrhée sans douleur, prendre une dose de China en 5 CH toutes les heures.
  • Pour les gastros virales qui s’accompagnent de fièvre, d’une grande fatigue, de vomissements, de spasmes et de ballonnements ainsi que d’une tendance à la constipation, on utilise Cadmium sulfuratum ou 5 granules de Podophyllum pelatum en 15 CH si le patient n’est pas constipé.
  • Aconitum napellus en 9 CH (5 granules toutes les demi-heures puis toutes les heures au début avant d’espacer progressivement les prises) peut être employé pour les gastro-entérites d’apparition brutale. La prise sera arrêtée à l’apparition de sueurs.
  • Carbo végétalis en 5 CH toutes les heures est recommandé en cas de ballonnements et de gaz.
  • Pour les patients les plus fragiles (personnes âgées, jeunes enfants, etc.), l’idéal reste de prendre Magnesia carbonica.
Consulter la fiche pratique

6. Aromathérapie

Pour lutter contre les gastro-entérites avec les huiles essentielles (HE), on utilisera par exemple un mélange composé d’une goutte de chacune des HE suivantes :

  • cannelle ;
  • estragon ;
  • palmarosa ;
  • tea tree ;
  • une cuillerée d’huile d’olive.

Prendre cette préparation trois fois par jour au moment des repas.

Si vous ne parvenez plus à avaler quoi que ce soit (vous vomissez tout), utilisez une goutte d’HE de Menthe poivrée à placer sous la langue. Son effet antispasmodique aidera à soulager les crampes d’estomac qui accompagnent les gastro-entérites.

Parmi les autres HE intéressantes en cas de gastro signalons :

  • le citron à raison d'une goutte dans une tisane, trois fois par jour ;
  • le gingembre dans une cuillerée à café de miel et dans un verre d’eau deux à trois fois par jour (pour les vomissements) ;
  • l’origan compact à raison d’une goutte dans une cuillerée à café d’huile d’olive avant les repas (pour éliminer le germe à l’origine de l’infection) ;
  • le basilic tropical à raison de deux gouttes dans une cuillerée à café d’huile végétale. Massez doucement le ventre et la zone lombaire trois fois par jour (contre les maux de ventre).

Remarque : les huiles essentielles sont déconseillées aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 15 ans.

En diffusion, vous pouvez utiliser des HE de Tea tree et de Ravintsara à titre préventif.

7. Autres remèdes

Parmi les compléments alimentaires intéressants pour lutter contre les gastro-entérites, pensez à :

  • l’extrait de pépins de pamplemousse ;
  • le jus d’aloe vera ;
  • l’argent colloïdal à raison de 6 cuillerées à soupe par jour pendant 7 jours ;
  • les probiotiques se révèlent très intéressants en compléments pour limiter les troubles digestifs qui y sont le plus souvent associés (par exemple, Lactospectrum® des laboratoires Le Stum) ;
  • l’argile verte peut être utilisée par voie interne pour lutter contre la diarrhée : mettre une cuillerée à soupe rase d’argile dans un verre d’eau, bien remuer et avaler aussitôt.

Attention : l’argile annule l’effet des médicaments qui sont pris au même moment.

  • Pour soulager les diarrhées, vous pouvez aussi boire l’eau de cuisson du riz.
  • Vous pouvez également réaliser un mélange avec :
    • le jus de deux oranges pressées ;
    • une cuillerée à café de sel ;
    • huit cuillerées à café de sucre ;
    • un litre d’eau bouillie.
    • boire ce mélange par petites gorgées.
  • Consommez de la soupe de carottes mixées (500 grammes pour un litre d’eau). Possible à réaliser chez les nourrissons.

Ces pros peuvent vous aider