Prévention de la gastro-entérite

Sommaire

La prévention des gastro-entérites épidémiques est extrêmement difficile, mais quelques précautions peuvent réduire les risques, notamment le vaccin et une hygiène des mains irréprochables pour éviter la transmission du virus.

Prévention gastro : les précautions individuelles

La gastro-entérite virale se propage en majorité par le contact des mains avec un objet souillé ou une personne atteinte. Des mesures d'hygiène sont à respecter pour limiter la contagion.

Prévenir la gastro par l'hygiène des mains régulière

L’hygiène des mains est la plus importante. En période épidémique ou si un membre de la famille est atteint, il est conseillé de se laver les mains plusieurs fois par jour :

  • après chaque contact avec le malade ou les objets qu’il a pu contaminer, par exemple les couches ou les jouets d’un bébé ;
  • en rentrant d’un espace public : magasin transport en commun par exemple ;
  • avant de préparer les repas.

Un lavage à l’eau et au savon est généralement suffisant, mais il est possible d’utiliser, à l’extérieur de chez soi notamment, un flacon de gel hydroalcoolique. De plus, porter des gants jetables pour effectuer le change ou les soins à un nourrisson diarrhéique peut éviter de disséminer le virus dans la maison.

Prévenir la gastro par l'hygiène de l'environnement et des objets

L’hygiène de l’environnement limite la propagation du virus :

  • les couches, les lingettes et les mouchoirs jetables sont mis dans un sac hermétique avant d’être jetés ;
  • tous les vêtements, linges de literie et jouets contaminés ou au contact du malade sont stockés dans un sac étanche avant d’être lavés à 60 °C ;
  • les sols, les poignées de porte, les objets non lavables (téléphone portable, tablettes) sont lavés et désinfectés chaque jour avec des produits adaptés (Javel, alcool…).
  • la préparation des repas nécessite, après un lavage soigneux des mains, un lavage de tous les produits frais ou un épluchage soigneux des légumes comme des fruits. Les plats cuits sont préférables aux salades et crudités.

Bon à savoir : consommer des produits contenant des bactéries vivantes (type Lactobacillus) comme des yaourts ou du lait fermenté permet non seulement de réduire la durée et la fréquence des diarrhées aiguës, mais aussi de prévenir les infections gastro-intestinales (les gastro-entérites notamment). En effet, ces bactéries contribuent à l'équilibre de la flore intestinale et limitent l'impact des organismes pathogènes (bactéries et virus).

Vaccination : une prévention contre la gastro efficace ?

Il existe deux vaccins contre les rotavirus, virus causant une grande partie des gastros : le Rotarix® et le Rotateq®.

Depuis plusieurs années, ces vaccins sont recommandés pour les nourrissons chez qui les taux d'hospitalisation et de mortalité dus à cette maladie sont encore élevés.

Cependant, une récente polémique a vu le jour suite à la mort de deux nourrissons ayant récemment été vaccinés. Des effets indésirables notoires sont aussi à prendre en compte, notamment des invaginations intestinales. Suite à ces risques graves, la vaccination avait été suspendue en 2015.

Mais le calendrier vaccinal 2023 élaboré par le ministère de la Santé, après avis de la Haute Autorité de santé (HAS), recommande désormais de vacciner tous les nourrissons de 6 semaines à 6 mois avec deux doses à 2 et 3 mois de vie pour Rotarix®, et trois doses à 2, 3 et 4 mois de vie avec RotaTeq®.

Source :Direction générale de la santé (DGS), 12 avril 2023.

À noter que cette vaccination aurait permis de diminuer de façon très significative le nombre d'hospitalisations pour crises d’épilepsie (le symptôme extra-intestinal le plus souvent associé aux infections à rotavirus).

Source : Arasa J, et al. Impact of rotavirus vaccination on seizure hospitalizations in children: A systematic review. Vaccine. 2022 Nov 8;40(47):6711-6721. doi: 10.1016/j.vaccine.2022.09.096.

Mesures collectives en matière de prévention de la gastro

En période épidémique, les principales mesures collectives de prévention portent sur :

  • la surveillance et le renforcement de la chloration des eaux de ville ;
  • l’éviction des enfants malades dans les crèches et les écoles ;
  • l’isolement des enfants atteints hospitalisés ;
  • l’arrêt de travail de toute personne atteinte travaillant en milieu sensible : crèche, école, toutes formes de restauration, milieu hospitalier ou maison de retraite, commerces.

Ces pros peuvent vous aider